Instinct maternel ?

instinct maternelAutour de moi, toutes les femmes qui ont eu des enfants m’ont un jour raconté avec des trémolos dans la voix leur retour au boulot après leur premier congé maternité. Certaines s’étaient arrangées pour coller des vacances à l’issue du congé, d’autres avaient dû reprendre dans le délai légal. Mais toutes ont trouvé vraiment dur de confier leur petit enfant et toutes s’en souvenaient comme d’une blessure encore ouverte.

Et puis une copine plus jeune que moi a eu son premier enfant. Deux mois plus tard, quand elle a dû confier son bébé pour retourner au boulot, elle avait le cœur gros. Il était encore tout petit. On en a parlé, j’ai essayé de la rassurer, je lui ai envoyé des petits messages d’encouragement. J’imaginais bien que ça allait prendre un peu de temps et que comme les autres, elle garderait probablement une petite blessure, mais je me suis bien gardée de le lui dire. Mais dés le lendemain, elle m’a envoyé un SMS pour me dire que tout allait bien, qu’elle était ravie de retourner au boulot… Finalement c’est son mari qui trouvait plus dur de devoir confier le bébé à la nounou. J’étais assez interloquée et admirative (sans jugement dans une sens comme dans l’autre).

Je me suis interrogée et remise en question.

Pourquoi moi qui ait interviewé maintes femmes sur le sujet du retour à l’emploi, vu pleins de copines cadres sup perdre toute confiance en elles au moment de rédiger leur CV après un congé parental, je me suis toujours organisée pour faire une pause dans mes activités professionnelles pendant la petite enfance des mes enfants ?
Pourquoi moi qui défend avec conviction la politique de mode de garde à la française (versus celle de l’Allemagne, pour ne citer que ce pays), j’ai tant de mal à confier mes enfants ?
Pourquoi moi qui suis une fervente admiratrice de Simone de Beauvoir, je vis à l’ancienne et je me retrouve souvent coincée à la maison à changer les couches, veiller aux devoirs, préparer un gâteau papillon ?

Peut être parce que…

L’instinct maternel est multiple, qu’il se cache dans les recoins intimes de notre inconscient, nourri de l’histoire de nos mères et de nos grand-mères…
L’instinct maternel, on le construit, on le vit et on l’exprime chacune à notre manière…
L’instinct maternel, ça ne veut rien dire, c’est un gros mot. Qui est là pour dire ce qu’on doit faire ou ne pas faire ? Ce qu’on doit penser ou pas ? Ce qu’on doit ressentir et comment ?
Et puis, même les papas ont le droit d’avoir un instinct maternel 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *