Keith me

keith-haring-carre
Partager avec « ses » ados n’est pas toujours facile. Ça tient à pas grand-chose que ça passe ou ça casse. Il faut savoir cueillir le moment et trouver le juste équilibre entre leurs centres d’intérêt et les vôtres. On se retrouve alors face à une équation difficile à résoudre : art contemporain versus superhéros.

Mais j’ai tendance à ne pas reculer d’avance face aux difficultés (quitte à parfois me planter), je voudrai leur montrer que le monde n’est pas divisé en deux camps : les bons et les méchants, ceux qui gagnent et ceux qui perdent, il y a des nuances de gris (50 même il paraît !)…

Je sais que les expos d’art contemporain ne font pas partie des lieux idéals pour passer un moment privilégié en famille. Mais j’ai du mal à renoncer, surtout quand je pense avoir bien choisi l’expo. A Paris, le 104 offre souvent cette petite étincelle magique. On y a déjà vibré au son des guitares électriques sous les pattes délicates des oiseaux, on a gravi les escaliers pour s’y envoler…

Alors, on retente l’aventure. En espérant que ça prenne cette fois-ci, même s’ils se garderont bien de nous l’avouer.

Finalement, cette expo Keith Haring, ça ne t’a pas interpellé ?! C’est pas un peu un super héros des temps modernes ce Keith Haring ? Sa peinture c’est son super pouvoir… Ok, la prochaine fois, on ira voir un James Bond au cinéma. Ah bon, tu n’as pas envie d’aller au cinéma avec moi ?!

PS : Au 104, vous pourrez découvrir les très grands formats de l’expo « The political Line », mention spécial pour les dix commandements revisités par Keith Haring. La suite est au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, mais ça j’irai la voir seule, il ne faut pas abuser des bonnes choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *