Le chemin de l’école

chemin-ecole
La première fois qu’il va à l’école tout seul
, vous êtes un peu tendu(e). Vous le suivez discrètement 50 mètres à l’arrière, comme un détective privé.
La seconde fois, il faut bien vous résoudre à le laisser partir seul.
Pendant la journée vous avez un petit pincement. Est-il bien arrivé jusqu’à l’école? Vous vous jouez des films noirs dans la tête…
Et puis le soir, il est bien là. Ravi de cette première deuxième fois. Cela faisait longtemps qu’il réclamait cette autonomie. Il assure, gravement.
Ça vous fait un petit pincement, le même effet que la première fois où il a détaché sa main de la vôtre à l’approche de l’école pour que les copains ne voient pas qu’il donnait la main à sa maman.
Car cette première fois pour lui, c’est une dernière fois pour vous.
Et vous vous demandez quand et comment allez-vous retrouver ce moment de complicité pendant lequel il vous racontait comment ça se passait avec les copains, à l’école, juste comme ça, l’air de ne pas y toucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *